Tour du Finistère 2012

LE TOUR DU FINISTERE 2012 de « Banque Populaire-Künkel-Palettes »

Article mis en ligne le 22 février 2016
dernière modification le 8 janvier 2018

par Jan Legallet

Une belle série de régates dans des conditions variées, une victoire d’étape en temps réel et en temps compensé, et un classement général final satisfaisant, ce fut pour notre 20ième participation, un beau « Tourduf ».

Lors de notre arrivée à Roscoff , port de départ du tour du Finistère 2012, une revue de détails des bateaux de la grande classe( la nôtre) avait de quoi impressionner. Il n’y avait en effet pas moins de 6 bateaux nous rendant du temps, c’est à dire potentiellement plus rapides que le nôtre, ce qui n’était jamais arrivé (il n’y en avait jamais eu plus de 2), et qui, ajoutés aux bateaux redoutables que nous connaissions déjà et auxquels nous savions devoir trop de temps par rapport à notre potentiel, laissait augurer d’un podium quasi-inaccessible : au moins 13 candidats sérieux pour le podium dont les deux premières places déjà promises à l’A35 « Ame Hasle » skippé par Frank-Yves Escoffier (vainqueur de 3 « Route du Rhum ») et le J 120 « Les 4 vents Brest » mené par Yves Lanier, déjà vainqueur (sans partage) en 2010 ( l’ordre restant à définir).

La première étape (35 milles), Roscoff-l’Aber Wrac’h, courue le dimanche 29 juillet dans un vent d’ouest de 10 à 15 nœuds ( force 4 ) , se résume à part le tout début et la toute fin à un grand louvoyage à contre courant. Il faut donc aller à la côte où il y a moins de fond donc moins de courant, mais cette zone est parsemée de cailloux touchables à notre heure de passage et leur positionnement sur les cartes est peu fiable, nous avons pu le constater lors des éditions précédentes. Bien que nous soyons très bien placés, nous renonçons à jouer à la roulette russe après le 2ième caillou mal positionné, évité d’extrême justesse grâce à la limpidité de l’eau, peu agitée ce jour-là. Nous limitons la casse en restant en bordure des dangers et terminons 6ièmes en temps réel et 8ièmes en temps compensé après 7 heures de course (notre camarade de club, le X 40 « Exception » nous bat de 6 mn en temps compensé et obtient la 5ième place).

Le 1er est « Les 4 vents », le 2ième « Ame Hasle » et le 3ième est le J 122 « Made in Love », sistership du vainqueur 2011.

L’étape 2, du lundi 30, de l’Aber Wrac’h à Molène, commence au moteur faute de vent et le départ est donné dans du vent de sud- ouest faible (5 nœuds ), à la hauteur de l’Aber Ildut ( parcours de 21 milles). Un départ excellent et un premier bord à l’abri du courant nous permettent de rester dans le paquet de tête. Nous terminons 5ièmesen temps réel et en temps compensé après 3 heures de course. « Exception » nous bat encore en temps compensé, d’une minute et 16 secondes et prend la 4ième place. « Ame Hasle » gagne devant le gros rating de la flotte Jivaro (J 133) et le J 122 « Made in Love ». Nous battons « Les 4 vents » en temps réel et compensé pour la première fois, il ne s’est pas remis d’un très mauvais départ (il termine toutefois 6ième).

Le mardi 31 juillet, la 3ième manche , Molène-Camaret (37 milles) est courue à nouveau dans un aimable vent de sud-ouest de 8 à 12 nœuds ( force 3 à 4). Nous avons à descendre le chenal du Four à contre-courant (environ 3 nœuds de courant) en laissant 2 bouées à bâbord, puis à louvoyer vers une bouée située à 6 milles de la sortie du Four et à finir par des bords de vitesse ( que notre bateau apprécie). Un bon départ et un raccourci dans un chenal avec peu d’eau sous la quille, que nous ne sommes que deux bateaux à oser prendre nous permettent de virer 3ièmes à la 1ère bouée (elle balise un caillou que 4 bateaux touchent à pleine vitesse dont « Ame Hasle » et 2 d’entre eux abandonnent) puis 4ièmes, à la 2ième bouée , située en plein courant. Il y a alors 2 possibilités, loffer au près serré dans le courant (il y a 2 milles à faire mais ensuite le courant décroît très vite) ou virer de bord pour retourner vers des hauts fonds avec moins de courant, mais le petit bord pour y aller coûte cher. Nous sommes une vingtaine sur les 50 bateaux des 2 classes qui font ce parcours à choisir la 1ère option et les 30 autres partent à droite (dont « Ame Hasle », « Les 4 vents », « Jivaro »,…..), ils ne nous reverront pas. Nous terminons en tête devant « Made in love » et « Urukai », un First 40 qui n’est pas allé à fond à droite, et à distance, « Jivaro » revenu de nulle part et « Exception » qui a tiré les mêmes bords que nous.

Nous gagnons en temps compensé devant « Exception » et « Made in love », mais « Ame Hasle », 8ième et « Les 4 vents » 4ième, sauvent les meubles. Nous restons 5ièmes au général, mais nous nous rapprochons de podium.

Le beau temps est fini. La 4ième manche, Camaret- Douarnenez (37 milles) est courue le mercredi 1er août dans 20 à 25 nœuds de vent de sud-ouest avec des averses (force 6) ; ça nous va assez bien car nous avons pris l’habitude de ce genre de conditions dans tout le début de saison et dans le « Tour des Ports de la Manche ».

Mais à 3 minutes du départ, une platine de pied de mât casse et nous met en vrac. Nous prenons le départ comme nous pouvons tout en faisant une réparation de fortune, mais nous permettant de régater à nouveau. Nous sommes 12ièmes à la première bouée, 7ièmesà la 2ième, mais dans le louvoyage de 7 milles qui suit dans une mer hachée, la drisse de foc qui n’a pas été réassurée après l’incident de départ casse, le foc tombe, il faut l’affaler complètement avant de le rehisser avec la 2ième drisse et cela nous coûte fort cher. Nous réclamons contre un concurrent qui nous refuse une priorité et nous nous concentrons sur la marche du bateau. Nous tentons quelques options pour essayer de refaire notre retard, mais rien ne fonctionne vraiment. Nous repassons tout de même « Exception » mais ne lui prenons pas assez de temps pour le battre en temps compensé. Nous terminons 8ièmes en temps réel et 11ièmes en temps compensé ramené à 10ièmes grâce à la disqualification du bateau contre lequel nous avons réclamé. « Exception » termine 4ième, nous battant de 5 minutes et 6 secondes c’est-à- dire sans doute moins que ce que nos problèmes nous ont coûté. Nous restons 5ièmes au général, « Exception » est 3ième ex aequo avec « Made in Love ».

Jeudi 2 août, c’est le jour des parcours bananes : 2 allers et retours dans l’axe du vent avec des bords de 1.5 mille. Il y a un temps à grains : entre 10 et 30 nœuds de vent, pas facile de choisir la bonne surface de toile à envoyer.

Le 1er parcours commence mal, une saute de vent dans la dernière minute avant le départ rend mauvais notre choix du côté de la ligne de départ. Nous sommes mal après le 1er louvoyage (9ièmes) mais nous revenons fort sous spi et dans le 2ième louvoyage ; le 2ième bord de spi voit un grain nous arriver dessus , et sous surfons à 14 ou 15 nœuds pendant que quelques adversaires partent au lof, et nous terminons 4ièmes en temps réel et 5ièmes en temps compensé, ramené à 4ièmes après la disqualification des « 4 vents » par « Ame Hasle » pour refus de priorité. « Exception » est 5ième, et « Made in Love » 6ième.

Très bon départ et bon louvoyage dans la 2ième banane, nous nous maintenons dans le 1er portant ; le 2ième louvoyage est moins bon et nous terminons 5ièmes en réel et en compensé, « Exception » est 6ième, « Made in love » 8ième, « Ame Hasle » gagne devant « Les 4 vents ».
Avant la course de nuit, coefficient 1.5, « Ame Hasle » est en tête avec 14 points devant « Exception » 20. 5pts , « Made in love » 22pts, « Les 4 vents » est à 26.5 pts et nous à 28.5 pts, le 6ième , le X 442 « Ster Wenn 5 » est à 37 pts, nous ne craignons donc pas grand-chose de l’arrière, mais battre « Les 4 vents » sur une étape de 145 milles semble problématique car il est plus rapide que nous en moyenne et nous lui devons du temps, « Made in love », c’est presqu’aussi difficile et « Exception » est trop régulier ; le battre est faisable, mais lui intercaler 5 bateaux tient du phantasme.

Ce grand parcours démarre le vendredi 2 à 13h45 pour la grande classe (qui est la seule à le faire, les autres classes faisant des parcours plus petits). D’abord un grand tour en mer d’Iroise : 15 milles de près bon plein par un vent de sud ouest de force 5 à 6, nous virons la bouée « la Vandrée » en 3ième position, ensuite 11 milles de louvoyage vers le raz de Sein que nous passons dans une mer grosse et dont nous ne sortons que 8ièmes après un changement de voile peu judicieux, puis 35 milles de bon plein dans la traversée de la baie d’Audierne et le passage de la pointe de Penmarch où nous doublons « Made in Love » qui a un problème technique ; nous larguons « Ame Hasle » et « Exception », puis 10 milles de près qui nous ramènent vers Penmarch et où c’est le statu quo et nous repartons au bon plein en laissant « les Glénan » à bâbord ( la nuit est tombée) , et nous doublons dans ce bord le X 442 « Ster Wenn5 » et « Les 4 vents » (peu de monde au rappel chez eux alors que chez nous tout le monde est à bloc). Ensuite c’est la cavalcade sous spi lourd en allant virer l’île de Groix, et nous doublons les 2 First 40 (avec des surfs à 15 ou 16 nœuds ). En reloffant sous Groix (bouée éteinte et pas à sa place, bonjour le stress !), nous pensons être 2ièmes mais nous doublons un petit rating (un Bebox 9.90 m) que nous n’avons pas vu passer, mais qui est un avion sous spi dans la brise et je comprends qu’il a déjà course gagnée, et nous remontons vers Port-La-Forêt avec un bord de bon plein (le jour se lève) et 2 bords de spi. Un des First 40 nous a repassés sous Groix mais il ne finit que 200 m devant nous et « Jivaro », le gros rating de la flotte n’a que 2 milles d’avance ; dans le groupe qui nous chasse, je sais que seuls « Ame Hasle » et « Les 4 vents » peuvent nous battre.

Résultat : 1er le Bebox ( avec 27 minutes d’avance sur le 2ième), 2ième « Les 4 vents » ( 9 minutes devant nous), 3ième « Ame Hasle » ( 2 minutes devant nous ) , 4ième nous, 5ième « Ster Wenn 5 », 6ième « Exception », « Made in Love » termine 12ième ce qui nous permet de le passer au général.

Au général, « Ame Hasle » triomphe avec 18.5 points, « Les 4 vents » termine à égalité de points avec « Exception » (29.5 pts) mais est 2ième grâce à ses 2 victoires (le départage se fait sur la meilleure place obtenue) et nous sommes 4ièmes avec 34.5 pts ( ah ! cette fichue casse de l’étape 4 ! elle nous coûte sans doute la 2ième ou la 3ième place ), « Made in Love » est 5ième avec 40 points. La manche a été très rude, il y a eu beaucoup d’abandons, seuls 16 bateaux sur 26 terminent !

Le bilan reste positif car j’aurais sans doute signé pour un tel classement avant le départ. Cerise sur le gâteau, le Yacht Club de Granville termine 2ième au classement des clubs avec « Exception », 3ième et nous, 4ièmes de la classe des plus grands bateaux, et le First Class 10 « La Nautique », 4ième de la classe d’en dessous.

A l’année prochaine pour notre 21ième Tour du Finistère.

J. Legallet.

qrcode:https://karibario6.spipfactory.fr/Tour-du-Finistere-2012

Dans la même rubrique